Quand tu as des troubles de santé, du stress ou encore de la fatigue de manière chronique, les techniques de santé naturelle peuvent t’apporter beaucoup. Mais elles ne font pas tout, loin de là. Bien manger, bien dormir, faire des exercices de respiration, faire du sport, boire de l’eau… oui OK, mais l’essentiel n’est pas là. Tu peux avoir une hygiène de vie « parfaite » mais si tu n’es pas bien dans ta vie pour moi tout cela est secondaire.

Je pense que c’est une question de connaissance de soi, d’alignement, de sentir si tu te sens à ta place ou non, si ta vie te convient telle qu’elle est ou si il y a des choses à changer.

Je pense que c’est aussi une question de priorités, d’apprendre à te mettre ou te remettre au centre de ta vie, à prendre du temps pour toi, à faire plus souvent ce qui te nourrit et t’apporte de la joie, cultiver des relations épanouissantes, vivre dans un environnement qui te fait du bien.

 

Quelques outils de connaissance de soi

 

Ces dernières années, certains outils m’ont été précieux pour apporter un éclairage sur mon fonctionnement propre. Ils m’ont permise d’arrêter d’essayer de rentrer dans un moule et de comprendre que mes particularités n’étaient pas des défauts à combattre mais simplement des caractéristiques à apprivoiser. Enfin, ils m’ont confortée sur mon chemin et poussée à partager fièrement les messages qui me tiennent à coeur.

C’est drôle, il y a quelques années je n’aurais jamais pu imaginer vous parler de ça. Bien trop « perché » pour moi qui étais super fermée à tout ce qui était ésotérique il y a quelques années. Et puis au fil du temps, ma position de cartésienne butée s’est adoucie. Ma philosophie actuelle est plutôt : si je ne peux pas l’expliquer mais que ça marche, que ça m’aide et que ça ne fait pas de mal, alors pourquoi pas ?

Ici je ne vais parler que de human design et de numérologie, mais je trouve que l’astrologie est une très belle piste à explorer aussi. J’ai eu l’occasion de faire mon thème astral et c’était une expérience super enrichissante !

Attention, je précise tout de même qu’il est essentiel de t’écouter toi avant tout et toujours faire preuve d’esprit critique et d’une juste distance.
Les outils sont juste des outils, et les praticiens sont juste des humains, avec leurs biais, leurs défauts, leurs faiblesses. Si tu sens que certaines choses te parlent, te donnent des clés pour mieux te connaître et te sont bénéfiques, super, mais aucun outil ne devrait devenir un dogme qui dirige ta vie et t’enferme dans une case, et aucun praticien ne peut savoir mieux que toi ce qui est juste pour toi.
Fais à ta sauce, fais comme tu le sens, prends ce qui te parle et t’aide à avancer et laisse le reste !
(Evidemment ça inclut mes articles, tout ce que je partage étant vu à travers mon propre prisme, forcément)

 

Le Human Design

J’ai découvert le Human Design début 2021 grâce à cet article et ça a été une révélation. Je m’étais battue contre moi-même pendant plusieurs années pour trouver une énergie plus stable, pensant que si j’alternais des périodes de haute énergie et motivation et des périodes de grosse fatigue c’est que je devais être « anormale », j’ai essayé plein de stratégies d’organisation pour changer ça. Et à ce moment là je découvre que oui, effectivement c’est mon fonctionnement propre, que c’est OK, que je ne suis pas une extraterrestre et aussi pas seule au monde. Cet outil m’a aussi aidée à parler plus de ce que je fais, à plus m’assumer, à mieux gérer mon énergie et mon organisation… Bref, précieux aussi bien pour moi que mon entreprise !

Quelques ressources utiles pour creuser le sujet :

 

La Numérologie

La numérologie est ma passion, que dis-je, mon obsession. En ce moment je calcule les dates de naissance de tout le monde, les adresses postales, bref je vois des chiffres et leur signification partout, et je suis à chaque fois bluffée d’à quel point c’est parlant.

La numérologie, pour moi, c’est une façon de répondre à la question : est-ce que je suis sur le chemin de vie qui me correspond ? Est-ce que je suis aligné·e, et si ce n’est pas le cas, quelle est ma voie ?

Je ne peux pas ici te détailler tous les nombres et leur signification, mais promis je fais un article sur le sujet très bientôt ! Et en attendant, si tu veux en savoir plus, je te donne quelques ressources intéressantes à explorer :

  • le livre Numérologie Sophianique, de Pierre Lassalle, que je trouve très enrichissant, fascinant, et très complet pour avoir toutes les bases (mais à lire avec un peu de distance si tu es comme moi d’esprit plutôt cartésien car le style est… particulier et un peu daté),
  • le compte d’Eva Bobin, naturopathe et numérologue, dont les posts et analyses de personnalités sont toujours super intéressants. Elle a aussi sorti un ebook qui a l’air parfait pour poser les bases de la numérologie et découvrir tes nombres clé et leur signification.

 

 

Oser sortir du carcan des normes pour être pleinement soi

 

Quand on avance dans la vie, on peut avoir l’impression qu’il y a une checklist de cases à cocher pour avoir « réussi sa vie » : être en couple stable, hétéro et monogame et habiter ensemble, trouver un CDI en 9-17, acheter une maison, partir vivre à la campagne, avoir des enfants…
Attention, je ne dis pas que ces choses là sont négatives. Tu peux parfaitement te sentir parfaitement aligné·e et heureuxse en suivant un mode de vie « classique » si c’est celui qui te convient. Le problème d’une norme, c’est quand on en vient à suivre un chemin tout tracé sans jamais se demander : Est-ce que c’est ce qui me convient à moi ?
Quand on réalise qu’il existe d’autres choix possibles, cela permet de faire des choix de vie vraiment conscients et adaptés à soi, quels que soient ces choix.

Moment racontage de life enclenché, car j’ai l’impression d’être le « poster child » de la personne qui est passée d’une vie dans les clous à tout envoyer péter (ou presque)… Yep. Et j’ai jamais été aussi épanouie que depuis que je l’ai fait, d’ailleurs. Pour te brosser le tableau, j’ai grandi dans des petits villages et dans une famille assez tradi avec des parents catho qui sont mariés et amoureux depuis bientôt 35 ans. Du coup, tout naturellement, je rêvais de vivre plus ou moins comme eux. En grandissant dans ce monde, il y a des tas de trucs qui n’existaient pas autour de moi. Et puisque ils n’existaient pas, la question ne se posait pas. Quand la bisexualité n’existe nulle part autour de toi, forcément tu te penses hétéro, quoi d’autre ? Quand seule la monogamie existe autour de toi, forcément tu veux vivre en couple monogame avec ton mec, quoi d’autre ? Je me posais même pas la question. Tu vois l’allégorie de la caverne ?
Ce qui ne fait pas partie de ta réalité tu ne peux pas le concevoir, logique. Avec le recul, tu peux voir que les signes étaient déjà là, mais à ce moment-là tu ne peux pas les comprendre.

Après ça, en grandissant, en me confrontant au monde réel et à la magie d’internet, plein de déclics. J’entends parler d’un truc et ça résonne en moi profondément, comme une évidence : bisexualité, polyamour, etc. Puis à chaque déclic la première phase ça a été « C’est super que ça existe, c’est génial, mais évidemment ce n’est pas pour moi ».
Dur dur d’envoyer balader l’image de soi qu’on s’est créée. D’autant plus qu’à l’époque je vivais avec quelqu’un qui souffait d’un énorme manque d’estime de soi et par conséquent d’une forte jalousie, donc je m’auto-censurais à fond sur mes propres envies et désirs.

Flash forward à aujourd’hui où à l’aube de mes 34 ans je suis à l’opposé des « cases » : bisexuelle et polyamoureuse assumée (enfin, semi-assumée, c’est la première fois que je vous en parle et ça me rend anxieuse, j’avoue), entrepreneure et en plus dans un métier pas reconnu, rat des villes, couche tard et lève tard qui bosse à des horaires bizarres, childfree épanouie… Et là encore, attention, j’ai trouvé mon mode de vie. Ça veut pas dire que le tien doit y ressembler.

Personnellement, si j’aime remettre en question la validité des normes, les discuter, les confronter, c’est dans le but que tout le monde puisse être libre d’agir pleinement librement et sans jugement de la part de celleux qui vivent différemment.
Je rêve d’un monde où quelle que soit ton genre, ton orientation sexuelle, tes modes relationnels, ton choix d’être childfree, parent au foyer, parent qui travaille, ton choix d’arrêter de t’épiler ou de continuer à le faire, ton choix de vivre à la campagne ou de vivre en ville, ton choix du salariat ou de l’entrepreunariat, de faire le miracle morning ou de te lever à 11h… etc soient considérés comme valides quels qu’ils soient, tant que c’est ce qui te permet à toi de t’épanouir et que tu es honnête avec  toi et avec les autres sur tes besoins et sur tes limites.
Oui je sais, je suis un bisounours qui vit dans l’utopie. Mais si on fait toustes un effort pour mieux se comprendre soi et mieux comprendre les autres, sans jugement et dans l’écoute, peut-être qu’on peut au moins se rapprocher de ça ?

Bref, je digresse. Le but de tout ça c’était de dire que ton environnement et ton mode de vie jouent sur ta santé, ton bien-être, ton niveau de stress ou d’apaisement, ton bonheur. Et ça, c’est bien plus important à mon sens que d’avoir une « bonne » hygiène de vie. Si tu te sens coincé·e dans un métier que tu détestes, t’auras beau faire attention à ton alimentation et boire des tisanes, il y a des chances que ton corps te fasse comprendre à un moment ou à un autre que ça va pas. Si vivre seul·e te convient mieux que vivre à deux, tu peux prendre du magnésium et faire du yoga autant que tu veux pour te sentir mieux, ton stress du quotidien ne disparaîtra pas. Si ton environnement te vie ne te va pas, tu peux toujours courir pour évacuer tes tensions et manger plein d’oméga 3, le mieux c’est sûrement de déménager.

Je dis pas que c’est toujours facile. Je dis pas non plus qu’il faut tout envoyer bouler du jour au lendemain. Mais je pense qu’il est essentiel de trouver un moyen de nourrir tes besoins. Par exemple, si la ville t’étouffe, prends régulièrement le temps de balades au vert, que ce soit dans des parcs ou en sortant de la ville pour aller marcher en forêt, en montagne ou encore au bord de la mer. Ou encore, si tu as besoin de créativité dans ta vie et que ton métier ne te permet pas d’exprimer celle-ci, prends des temps juste pour toi dans tes journées pour faire ce qui te fais du bien, que ce soit dessiner, écrire, faire de la photo, de la couture, de la danse ou que sais-je. Quels que soient tes besoins, souvent des petits changements, des petits ajustements dans le quotidien peuvent déjà t’apporter beaucoup. Prends soin de toi. C’est essentiel.

 

 

Qu’en penses-tu ? Si ça te parles, n’hésite pas à réagir dans les commentaires !

 

1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.