Comme on l’a vu dans le précédent article, l’endométriose a de multiples causes et facteurs. Le soutien naturel comprend donc aussi plusieurs axes.

 

Une alimentation de qualité

 

L’alimentation est primordiale dans l’accompagnement de l’endométriose. Souvent, quand on pense endométriose et alimentation, on pense restriction : supprimer le gluten, les produits laitiers, la viande, etc. Ce n’est pas ma vision (cf cet article).

Cependant, réduire l’inflammation en faisant de bons choix alimentaires est essentiel. Mieux vaut donc privilégier des aliments de qualité, afin d’apporter les nutriments nécessaires à la santé, favoriser une bonne digestion et limiter acides gras trans, additifs, pesticides, etc.

L’alimentation doit être individualisée, mais les bonnes bases sont :

  • des légumes et fruits de saison, de préférence cultivés de manière durable,
  • des féculents variés : céréales (petit-épeautre, avoine, riz, etc), pseudo-céréales (sarrasin, quinoa, etc), farineux (pommes de terre, patate douce, châtaigne…). Sauf intolérance, il est tout à fait possible de consommer du gluten, sans excès,
  • des sources de protéines de qualité, animales et/ou végétales (c’est bien d’avoir les deux si tu n’es pas végéta*ien.ne) : œufs bio bleu blanc cœur, viande d’animaux de petits élevages durables, abats, petits poissons gras, coquillages, crustacés, légumineuses, quinoa, sarrasin, etc.,
  • des bons gras : oléagineux, avocats, olives et huile d’olive, huile, lait et crème de coco, beurre cru, ghee, et enfin huile de noix, chanvre, cameline & cie pour les oméga 3,
  • si produits laitiers, des produits laitiers artisanaux plutôt de brebis, de chèvre, ou de vaches jersiaises nourries à l’herbe,
  • des “super aliments” comme l’ortie, le pollen, le germe de blé, les graines germées, etc.
  • des épices douces et herbes aromatiques bio, du sel marin.

Quand on pense alimentation santé, il est important de ne pas penser qu’en terme de ce qu’on évite de consommer mais plutôt en terme de ce qu’il est important d’apporter. Pour l’équilibre hormonal, il est essentiel de bien couvrir ses besoins en protéines, en bons gras, micro-nutriments, de consommer aussi assez de féculents et assez de fibres.

 

 

Bien-être mental, physique et émotionnel

 

La naturopathie comporte 10 techniques parmi lesquelles 3 sont majeures : l’alimentation, la gestion du stress et l’émotionnel, et l’activité physique. Ces techniques majeures sont vraiment des piliers de la santé : bien manger, prendre soin de son équilibre mental et émotionnel, bouger régulièrement.

Mieux vivre stress et émotions

L’endométriose a bien évidemment de nombreux facteurs et causes, mais l’émotionnel et le stress ont un impact important sur la maladie. Je te conseille à la fois de te pencher sur les facteurs de stress autres dans ta vie, quels qu’ils soient, mais aussi sur le stress et l’émotionnel directement liés à l’endo : comment tu vis cette maladie et ton lien à elle, quel stress elle apporte dans ta vie, etc.

Ensuite, pour mieux vivre tout cela, quelques clés me semblent utiles :

  • te nourrir de choses qui te font du bien dans ta vie, qui t’apportent du plaisir et de la joie dans ta vie, quelles qu’elles soient,
  • même si tu as des journées chargées, prendre autant que possible des pauses, des temps de repos, du temps pour toi, même si c’est court,
  • pratiquer des techniques qui aident à être plus en conscience, se détendre, équilibrer le système nerveux, tels que des techniques de respiration, la sophrologie, la méditation, la relaxation, des exercices d’ancrage, le yoga, etc. Une bonne respiration aide à réduire l’inflammation et les douleurs,
  • apprendre à accueillir ses émotions, à les écouter, pour mieux les vivre et éviter de se laisser submerger par elles, pour répondre au mieux à tes besoins.

 

 

Bouger régulièrement

Une activité physique régulière, sans excès, est absolument essentielle. Pas besoin forcément de faire “un sport” formellement, cela peut être juste des activités du quotidien type monter les escaliers, danser, etc., mais il est très important de bouger. Trouve, là encore, une activité que tu aimes, qui te fait plaisir et te fait du bien.

Quand les douleurs sont fortes et la fatigue importante, bouger peut paraître difficile, la motivation peut manquer. Cependant, bouger en douceur et en écoutant son corps peut aider à réduire les douleurs et soutenir l’énergie. Par exemple, une séance de yoga doux peut faire beaucoup de bien pendant les règles ou quand il y a beaucoup de douleurs.

 

 

Soutien de l’organisme

 

Soutien du foie et de l’intestin

Qu’il y ait des lésions dans l’intestin ou non, l’endo est fréquemment accompagnée de troubles digestifs et le soutien du système digestif est donc décisif, aussi bien pour soutenir l’immunité, réduire l’inflammation, qu’améliorer l’équilibre hormonal :

  • soutien du foie, avec des plantes comme le chardon-marie, par exemple,
  • soutien du transit, pour éviter la constipation et favoriser une bonne élimination,
  • soutien du microbiote et de la muqueuse intestinale : alimentation adaptée, probiotiques, glutamine, etc.

Équilibre hormonal

Un des facteurs non négligeables de l’endométriose est la présence d’un déséquilibre hormonal. Limiter l’exposition aux perturbateurs endocriniens est fondamental.
Ceux-ci sont partout, mais ceux qui auront le plus d’impact sont ceux qui pénètrent dans la peau ou sont présents dans l’alimentation. Ainsi, il vaut mieux éviter :

  • les cosmétiques et produits de soin conventionnels, et privilégier le bio,
  • les produits d’entretien conventionnels, et utiliser des choses simples et minimalistes comme le vinaigre blanc, le bicarbonate, le savon noir, etc,
  • les additifs dans les aliments, les emballages plastique, les boîtes et bouteilles en plastique pour les aliments et boissons.

Bien aérer son logement quotidiennement est crucial aussi.

Et pour en savoir plus sur les perturbateurs endocriniens, je te renvoie vers cet article.

Réduction de l’inflammation

L’endométriose est une maladie inflammatoire. Il est donc souvent utile de soutenir le corps avec des nutriments, plantes, compléments qui aident à réduire l’inflammation, par exemple :

  • les omega 3,
  • la vitamine D,
  • le curcuma et le gingembre,
  • etc.

 

 

Soutien ponctuel

 

La naturopathie, c’est avant tout un soutien global, un soutien de fond. Cependant, une aide plus ponctuelle pour soulager les symptômes est utile aussi en complément. Mes favoris dans ce contexte sont :

  • l’huile essentielle d’estragon pour réduire les douleurs spasmodiques ou éventuellement celle de camomille noble qui est aussi apaisante du système nerveux. A utiliser en massage sur le ventre, diluée dans une huile végétale. Si tu n’as aucune des deux, la lavande vraie fait bien l’affaire aussi.
  • l’achillée millefeuille, une super plante qui va aider à la fois à réduire les douleurs et crampes, réguler les flux trop importants et à l’inverse soutenir l’arrivée des règles en cas d’aménorrhée, participer à réduire l’hyperoestrogénie, aider en cas de fibrome, etc.
    Elle peut être préparée en infusion avec par exemple de la mélisse, qui soulage le système digestif et nerveux, et de l’ortie qui est très revitalisante.
    Un article très complet sur cette plante chez Althea Provence, ici.

 

 

Comme on l’a vu, mieux vivre l’endométriose naturellement passe vraiment par une approche et une vision globale. Si tu aimerais être soutenue et accompagnée dans cette démarche, tu peux m’envoyer un message ou prendre RDV directement sur médoucine ici.
Belle journée à toi !

 

0 Si tu n'as pas le temps ou le courage de me laisser un commentaire et tu as aimé cet article, tu peux simplement cliquer sur le petit cœur. Merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.